Le zinc en hiver

Impact de la neige, influences environnementales et bonnes pratiques

Une intégration harmonieuse des bâtiments dans leur environnement même par temps hivernal

Le zinc RHEINZINK est un matériau vivant qui ne s'harmonise pas uniquement avec les autres matériaux mais aussi avec son environnement. Il joue avec la lumière pour révéler chaque instant un nouveau visage, de nouveaux aspects qui soulignent l'architecture. Par temps ombrageux, par des températures négatives et par temps neigeux, il nous révèle à chaque fois une facette différente pour donner encore plus de caractère aux bâtiments. Voici la preuve en images avec quelques photos de réalisations utilisant du zinc RHEINZINK prises en hiver.

Protéger les passants des chutes de neige et de glaces

Intégrer harmonieusement un bâtiment dans son environnement en hiver ne se limite pas à son aspect esthétique. De nombreux autres aspects complémentaires rentrent en jeu. Parmi ceux-ci on compte la cohabitation avec les passants aux abords du bâtiment. Lors des épisodes hivernaux des quantités de glace ou de neige peuvent s'accumuler sur la toiture avant de tomber vers le sol. Il est donc recommandé dans les régions à fort enneigement de prévoir des dispositifs permettant d'éviter ces chutes et donc de sécuriser les abords du bâtiment. Pour une parfaite intégration sur une toiture à joint debout, nous vous proposons notre système d'arrêt de neige S5.

Découvrir les arrêts de neige S5

Adapter la conception pour anticiper les contraintes particulières

En couverture : adapter le système constructif

Au delà de 900 m et dans les zones soumises à une forte exposition aux intempéries, les dispositions particulières de la couverture de montagne doivent être appliquées en raison des grandes variations de température et de la forte probabilité d'enneigement. Pour une couverture à joint debout, par exemple, les principes suivants doivent être respectés :

Préparer un support adapté aux contraintes environnementales

Protéger la toiture contre l'humidité

Les rafales de vent, les fortes précipitations, les chutes et stagnations de neige présentent un risque d'infiltration d'eau dans la couverture. C'est pour cette raison qu'une membrane d'étanchéité doit être installées. Ces membranes d'une épaisseur miminum de 4 mm peuvent être de deux sortes :

  • une chape souple en bitume conforme aux normes NF P 84-316 avec auto-protection métallique
  • une chape armée et grise avec armature en tissu de verre ou voile de verre conformes aux normes NF P 84 303 et NF P 84 314

La membrane se pose perpendiculairement à l'égout et est fixée à l'aide de clous espacés de 35 cm. Au niveau de leur raccord, elles seront soudées avec un recouvrement de 10 cm.

Afin d'évacuer plus rapidement les éventuelles traces de condensation ou d'humidité, les deux supports doivent être ventilés.

Lame d'air à ménagerLongueur du rampant
4 cm≤ 10 m
6 cm>  10 m et ≤ 15 m
La ventilation ponctuelle, par exemple par châtières, est à proscrire pour éviter les entrées de neige poudreuse dans la toiture. Nous préconisons à la place l'utilisation d'une ventilation linéaire réalisées avec des bandes d'égouts ventilées et faîtages ventilés.

 

Renforcer la sous-construction

En fonction des épisodes neigeux, les charges soumises sur la toiture peuvent être fortement augmentée. Il est donc nécessaire de prévoir une sous-construction présentant des charges admissibles plus importantes. La pente de la toiture va tout d'abord jouer un rôle déterminant sur le type de sous-construction à mettre en œuvre. Trois principes constructifs sont en effet possibles :

L'épaisseur des voliges utilisée va également être plus importante. Ainsi pour la volige servant de support à la couverture, on utilise des voliges jointives de minimum 22 mm d'épais. Pour le support sous la chape d'étanchéité, la volige fera minimum 18 mm d'épais et 120 mm maximum de large.

Ces voliges sont fixées à l'aide de vis ou de pointes annelées. Par exemple, pour une volige de 18 mm, on utilisera des vis de 4 x 50 mm ou des pointes annelées de 2,8 x 60 mm.

Mettre en œuvre le système à joint debout en couverture de montagne

Le zinc, comme tous les métaux, se dilate en fonction de la température ambiante. Dans ces zones aux conditions climatiques spécifiques, de plus grandes variations de température peuvent intervenir au cours d'une même journée. Le phénomène de dilatation s'en trouve donc accru. Pour s'adapter à ce facteur, les bacs à joint debout doivent répondre aux caractéristiques suivantes :

  • Épaisseur : 0,7 mm
  • Largeur maximum : 500 mm
  • Entraxe maximum : 430 mm
  • Longueur de longue feuille : 10 m

 

Pour une meilleure étanchéité des joints, nous conseillons d'intégrer un joint d'étanchéité compribande.

En partie courante la fixation des bacs à joint debout s'effectue de manière identique à la fixation d'une couverture à joint debout classique.

Sur la zone de rive cependant, les pattes de fixations seront espacées de 25 cm au lieu de 33 cm.

En façade : limiter les dégradations dûes au sel de voirie dans la zone de pied du bardage

Pour réduire le risque de glissade sur la chaussée et sur les trottoirs, du sel de voirie est souvent répandu afin de faire fondre neige et verglas. Cette pratique courante peut entraîner des salissures et des modifications dans la formation de la patine sur la zone de pied de bardage. Combiné à l'humidité, le sel de voirie va de plus entraîner l'apparition de traces d'oxydation sur le métal.

Pour limiter ces désagréments, plusieurs actions sont à privilégier :

  • Substituer, lorsque cela est possible, le sel de voirie par des produits adaptés à cet usage qui ne contiennent pas de sel.
  • Positionner le pied du bardage en zinc à une distance suffisante du sol, habituellement ≥ 30 cm.

Quelques bonnes pratiques pour une mise en œuvre en hiver

Chauffer le matériau pour conserver la malléabilité du zinc

Le froid va réduire la malléabilité du matériau lors des opérations de façonnage, de pliage et de sertissage. Il va devenir plus cassant. Pour éviter ces désagréments, nous recommandons de réchauffer le matériau lorsque sa température est inférieure à 10°C. Cette opération peut par exemple être effectuée à l'aide d'un pistolet à air chaud.

Transport et stockage

La période hivernale est propice à une augmentation de l'humidité environnante (pluie, neige, rafales de vent...). Le respect de nos recommandations pour le transport et le stockage, qui s'appliquent quelque soit la période de l'année, est d'autant plus important durant la période hivernale. Outre les mesures habituelles, nous conseillons également de conserver l'emballage d'hiver (papier kraft) au minimum 48h après entreposage pour éviter les désagréments liés à la condensation dues aux écarts de température entre le transport et le lieu de stockage.

Transporter et stocker le zinc RHEINZINK

Besoin de plus de précisions ? Nos conseillers RHEINZINK sont à votre disposition pour vous accompagner dans votre projet.

Contacter mon interlocuteur RHEINZINK